You are currently viewing 
<span class="bsf-rt-reading-time"><span class="bsf-rt-display-label" prefix="Temps de Lecture"></span> <span class="bsf-rt-display-time" reading_time="2"></span> <span class="bsf-rt-display-postfix" postfix="mins"></span></span><!-- .bsf-rt-reading-time -->Artisan oui, mais aussi bien d’autres choses encore

Artisan oui, mais aussi bien d’autres choses encore

  • Commentaires de la publication :0 commentaire

Dans l’article précédent, je vous parlais de mon manque de pratique sur ma machine à coudre que j’ai nommé Hilda. J’ai du réapprendre à la dompter, la dérégler pour apprendre à la régler comme il faut pour mon usage. En conséquence, je la comprends, je sais ce qu’il faut faire lorsqu’elle ne fonctionne pas bien. C’est bien souvent un mauvais réglage de ma part. Mais je n’utilise pas qu’Hilda en machine-outil.

Je pratique la maroquinerie artisanale, avec beaucoup de pratique manuelle, mais afin de produire un poil plus vite pour répondre à la demande et offrir des délais raisonnables, il est nécessaire d’industrialiser un minimum. J’ai donc bien évidement d’autres machines outils. Et c’est comme avec Hilda, ces machines, il faut les maitriser.

J’en ai une d’entre elles qui m’a fait faux bond le mois dernier 😭, je me voyais déjà devoir appeler un technicien pour me la réparer. Etant manuelle, j’ai commencé par regarder par moi-même si je trouvais la source du problème. Je l’ai trouvée, mais je n’arrivais quand même pas à remettre ma machine en marche. Mais toutes ces manipulations m’ont permis de mieux comprendre cette machine, et pour les prochaines fois où il me faudra changer une pièce dessus, j’ai compris comment faire. Je n’aurai pas besoin de faire venir un technicien 🎉

Donc, en plus d’être artisan, webmaster, responsable marketing, responsable logistique, prototypiste et plein d’autres choses encore, en tant que solopreneuse, je me découvre aussi technicienne ou réparatrice de machines outils 🛠 Ca permet de faire des économies, mais aussi de bien comprendre les machines que j’utilise, et enfin, de gagner du temps pour les fois suivantes où il y aura un pépin.

Ah, j’ai oublié de vous dire comment s’est fini ma réparation précédente : j’ai fini par faire appel à mon technicien attitré, aka, mon fils, qui a une formation de mécanique motos. Comme le problème venait du moteur, je me suis dit qu’il saurait m’aider. Il a réussi haut les mains, et m’a même fait découvrir un autre aspect de ma machine : celle-ci est munie de ses propres fusibles, et celui du moteur avait tout simplement sauté🧨 😅 une réparation qui s’est avérée très simple au final 💪🏽👍🏽

Laisser un commentaire